Librairie

 

 

Le Périscope a le plaisir de compter dans ses rangs de véritables passionné.e.s de théâtre et de littérature. Bärbel Reinke, grande amatrice d’art, est une de ces personnes. Elle a toujours quelques livres sous la main. Certains l’ont probablement déjà entendu à l’émission Les bouquins d’abord, qu'elle a animée pendant sept ans à CKRL (2013-2020). Désormais, elle a une chronique bimensuelle à l'émission Les matins éphémères avec Caroline Stephenson.

En partenariat avec Librairie Vaugeois, Bärbel a installé une "librairie" au Périscope. Elle sélectionne des ouvrages en lien avec les pièces à l'affiche et vous les propose. Ils sont disponibles pour une durée limitée via cette page et directement au Périscope, au bar du foyer Chez Roland.

Bonne lecture!

Propositions du mois d'avril 2021 - EN VENTE AU PÉRISCOPE

Avril s’annonçait bien avec la reprise d'une proposition théâtrale en salle, la présentation devant public d'un labouvert et une exposition son et image. Comme le dicton le dit si bien : En avril ne te découvre pas d’un fil. Cette année, la phrase s’applique aussi à notre programmation...

Au moment de l’écriture de ces lignes, nous ne savons pas si nous pouvons vous recevoir entre nos murs en avril. Grâce à notre partenariat avec la Librairie Vaugeois, vous pouvez malgré tout acheter les livres que nous vous proposons. Contactez la billetterie par téléphone et prenez rendez-vous pour venir chercher les ouvrages sélectionnez.

418 529-2183
billetterie@theatreperiscope.qc.ca

 

Pour réussir un poulet de Paul Bordeleau

30 $ (taxes incluses) avec ou sans dédicace. En vente par téléphone au Théâtre Périscope depuis le 1er avril.

14 planches extraites de la BD, signées par le bédéiste et encadrées, sont en vente par téléphone au coût de 75$. Les profits seront versés au Périscope.

Une exposition numérique dans le cadre du 34e Festival Québec BD au Théâtre Périscope

Malgré la fermeture du Périscope, le Théâtre annonce la tenue d’une exposition numérique dans le cadre du 34e Festival Québec BD. En collaboration avec l’artiste Paul Bordeleau, Pour réussir un poulet – Cases sonores est une exposition mettant de l’avant des extraits de la bande dessinée Pour réussir un poulet inspirée du texte théâtral de Fabien Cloutier. D’ici la réouverture du lieu, l’exposition sera accessible sur le site Internet du Périscope dès le 9 avril. Ce projet est possible grâce à la collaboration des Éditions La Pastèque, de la Librairie Vaugeois et de la Scène nationale du son.

Séance virtuelle de dédicaces

Une séance de dédicace virtuelle est organisée avec l’illustrateur Paul Bordeleau le samedi 10 avril à 17 h. Le public souhaitant avoir un exemplaire autographié par l’artiste doit réserver sa copie par téléphone à la billetterie du Théâtre d’ici le vendredi 9 avril, 17 h. Le nombre d’exemplaires disponible pour la dédicace est limité à 10.

Exposition Pour réussir un poulet – Cases sonores, du 9 au 30 avril, en ligne

 


 

Voici aussi le texte théâtral Pour réussir un poulet de Fabien Cloutier. 15$ (toutes taxes incluses)

Petites magouilles de bas étages, patron dont l'unique souci est son propre avancement, jeunes hommes sans éducation et sans-le-sou, parents désœuvrés et jeune femme brillante coincée dans un dîner de centre d'achat : voilà le portrait de cette création de Fabien Cloutier, où toutes les classes de la société se retrouvent dans la même galère.

 

Pour les amateur·trices de bande dessinée et les fans de Paul Bordeleau, nous proposons aussi Le 7evert.

Une conversation entre père et fils, le temps d’une partie de golf, qui dévoile des secrets et des souvenirs autant douloureux que touchants.         

30$ (toutes taxes incluses)

  

Propositions du mois de mars 2021 

Mars à Québec, c’est le Mois de la poésie. C’est se réchauffer le cœur et l’esprit auprès des mots en attendant le printemps. Je vous présente des livres d’auteur.trices qui font partie de la programmation de cet événement qui célèbre la poésie vivante et les paroles plurielles. Pour voir la programmation, cliquez ICI.

 

La vie littéraire est un texte fleuve poétique et sans ponctuation, comme un lancement littéraire ou un salon du livre sans fin. La langue emprunte à la langue parlée, mais aussi aux autres registres.  Le livre est divisé en trois parties : LIRE, ÉCRIRE et IMPRIMER. Une œuvre qui a la chance de prendre vie sur la scène du Périscope du 24 au 27 mars.

L’Anthologie de la poésie actuelle des femmes au Québec 2000 à 2020 de Vanessa Bell (entre autres codirectrice du Mois de la poésie) et Catherine Cormier-Larose est la suite de L’Anthologie de la poésie des femmes au Québec – des origines à nos jours de Nicole Brassard et de Lisette Girouard. Cette suite est très attendue avec l’essor de la poésie et des voix féminines qui se font de plus en plus de place chaque année.

En vente dès le 9 mars 2021.

Infantia est un premier recueil et quel recueil! L’autrice revisite une amitié d’enfance et elle explore les recoins et les troubles de cette relation. On pourra l’entendre à Détourner la pub sur les ondes de CKIA et elle participe à Tranché.e.s sweet sixteen, le spectacle de clôture [qui] devait aussi être présenté l’an dernier, pour souligner les 15 ans de la maison d’édition Le Lézard amoureux (La Presse).

on jouera aux ados

et je laisserai sur le tapis gris mon

refus global

La patience du lichen est le 2e recueil de Noémie Pomerleau-Cloutier. Après Brasser le varech, elle retourne sur sa Côte-Nord natale où elle va à la rencontre des gens et des paysages

il y a toujours quelqu’un pour faire une photo

de la pancarte 138 FIN

 

peu de gens touchent l’immensité

derrière ce qui commence

En librairie dès le 4 mars 2021.

 

Propositions du mois de février 2021 

Février, le mois le plus court, un des mois les plus froids et le mois de la Saint-Valentin. Bref, le mois tout désigné pour vous proposer des lectures autour de l’amour pour vous réchauffer l’âme.

L’amour est un dumpling de Nathalie Doummar et Mathieu Quesnel nous fait rencontrer Claudia et Marc dans un restaurant asiatique sept ans après leur séparation comme couple et comme groupe musical. Une comédie romantique aigre-douce qui arrive d’une manière tout à fait légère et qui touchera des sujets plus profonds.

Roméo & Juliette, une tragédie du jeune William Shakespeare raconte le grand amour entre Roméo Montaigu et Juliette Capulet malgré la haine ancestrale de leurs deux familles. Un classique et un incontournable quand on parle d’amour et de théâtre.

La mouette est une comédie d’Anton Tchekhov qui traite de l’art et du statut de l’artiste. On y trouve aussi des personnages qui cherchent l’amour et qui passent à côté sans le voir. Une comédie russe implique une fin tragique : les personnages se trouveront tous face à leur image et à leur choix.

Qui a peur de Virginia Woolf? Un drame de Edward Albee joué pour la première fois en 1962. Martha et Georges, un couple dans la cinquantaine, se déchire violemment devant Nick et Honey pendant une fin de soirée bien arrosée. Un huis clos autour de l’amour et ce qu’il en reste, des attentes face à l’autre, les mensonges que l’on (se) raconte, mais aussi de l’attachement profond entre deux personnes, même si leur relation est profondément dysfonctionnelle.

Faire l’amour d’Anne-Marie Olivier est une pièce qui résulte d’une soixantaine de témoignages intimes sur la vie sexuelle des gens. Le regard sur ces personnages est tendre et donne une pièce lumineuse et forte. Le texte parle de sexualité sans aller dans l’érotisme. Cette pièce a été joué la dernière fois au Périscope en 2015 (https://www.theatreperiscope.qc.ca/programmation/faire-l-amour2)

 

Propositions du mois de janvier 2021

Un nouveau mois de confinement, c’est un mois de lectures possibles!

En manque de théâtre, je vous propose ici quelques pièces qui ont été jouées au Périscope dans les dernières années et qui me semblent tout à fait d’à-propos.

Billy (les jours de hurlement) de Fabien Cloutier explore la colère, ses raisons et notre manière de la gérer (ou pas). Trois personnages qui arrivent au bout du rouleau et qui essayent d’exprimer leur désarroi. 

La pièce jette un regard sur la colère quotidienne, comment elle se construit avec des préjugés et beaucoup d’ignorance. Mais aussi du besoin des gens de la sortir, d’essayer de changer ce qu’ils vivent. 

Un texte de Jacob Wren porté sur scène au Périscope en 2014 par Frédéric Dubois. C’est un texte éclaté qui nous met nos travers, nos habitudes, nos manières de faire, nos paranoïas aussi en pleine face. Un texte qui est d’une actualité renouvelée.

« La peur est réactionnaire. Lorsque vous avez peur, vous n’essayez pas de rendre le monde meilleur. Vous essayez de vous protéger, de protéger ce que vous possédez, de protéger le statut quo. … Le faux bonheur vous fait désirer des choses que vous ne possédez pas, des choses hors de portée la plupart du temps (par exemple : le vrai bonheur en permanence). »

Huit personnages qui vivent autour d’un lac, isolées quelques part. Une sorte de confinement sans fin. Huit personnages aux abois qui cherchent à se sortir de là, à exprimer leur désespoir. Ça donne lieu à de très beaux échanges et monologues.

« Soyez des guerriers astheure,
Rebellez-vous.
Soyez jamais
Jamais immobiles.

Beaux enfants.
Chavirez-nous.
Mettez le désordre partout atour.
Arrêtez jamais d’être bouleversants.
Il faut résister. »

Hypo raconte l’histoire d’un gars gravement malade qui part en Islande pour y mourir. Il y croise une fille. Ils voyageront ensemble. C’est une pièce sur l’espoir. À la relecture, je dirais qu’elle parle aussi du plaisir du voyage, du dépaysement qui nous rapproche de nous-mêmes. Et en confinement, pas le choix, on voyage par les livres.

« FILLE - Toute la planète est obsédée par la fin du monde. Tout le monde veut un grand ménage mais sans lever le petit doigt.
Temps, la pluie s'arrête.
FILLE - Ça j’adore ça.
GARS - Quoi?
FILLE - Le silence qui s’installe quand la pluie arrête d’un coup. »

 

Propositions du mois de décembre 2020

Pour terminer l'année 2020 en beauté, quoi de mieux que quelques coups de coeur de notre libraire Bärbel et des propositions de lecture, autant d'idées cadeaux pour vos proches mordus de théâtre et de littérature que pour vous-mêmes.


Station Eleven d’Emily St-John Mandel (Alto)
Station Eleven raconte une pandémie extrêmement meurtrière. 20 ans plus tard, on suit une troupe de théâtre et de musiciens qui se promène au sud des Grands Lacs d’un village à l’autre en allant à la rencontre d’autres survivants. Comme le dit si bien le sous-titre  (tiré d’un épisode de Star Treck) : “Parce que survivre ne suffit pas”, ils leur apportent la beauté et les bienfaits de leur savoir-faire.  Ce roman est un éloge à l’art, surtout l’art de la scène et il ouvre tout grand la porte à l’espoir dans ces temps pandémiques.


La vie habitable - Poésie en tant que combustible et désobéissances nécessaires de Véronique Côté (Atelier 10)

C’est le livre que j’ai donné le plus souvent en cadeau depuis sa parution en 2014. Je vais laisser la parole à Véronique Côté pour vous donner le goût de lire ce petit essai sur la place de la poésie dans nos vies :

“Il n’y a pas de poésie dans les cataclysmes, aucune, il n’y a pas de poésie dans la dévastation ni dans l’effroi, jamais. Mais à mon sens, il y a un écho poétique qui advient dans le sillage des catastrophes : elles nous reconnectent à ce qu’il y a de plus humains en nous, et nous recréons spontanément les liens perdus, les liens enfouis. Nous nous remettons à faire confiance à ce que nous sentons.” (p.77)

Ce livre est une charge pour nous ouvrir les yeux sur la beauté qui nous entoure toustes.

 

La renarde et le mal peigné - Fragments de correspondance amoureuse 1962-1993 par Pauline Julien et Gérald Godin (Leméac)

En attendant la sortie de la pièce Je cherche une maison qui vous ressemble de Marie-Christine Lê Huu, je vous conseille cette correspondance entre ces deux amoureux, chacun·e immense dans son domaine.


Dévoré(s) de Jean-Denis Beaudoin (L’Instant même coll. L’Instant scène)

À relire : cette histoire d’épouvante où on ne sait plus qui est le monstre.

 

Constituons! de Christian Lapointe (Les Herbes rouges/scène_s)

Cette démarche citoyenne que Christian Lapointe nous a présenté dans un one-man-show impressionnant.

 

Noms fictifs d’Olivier Sylvestre (Hamac)

Voilà le texte que les finissants du conservatoire portaient sur scène. On a pu le voir en version numérique. C’est un texte touchant et d’une grande humanité qui donne la parole aux clients (fictifs) d’un centre de répit pour toxicomanes.

 

Pour qu’il y ait un début à votre langue de Steve Gagnon (L’Instant même coll. L’Instant scène)

Une pièce hommage à Sylvain Trudel et à l’amitié. À relire sans modération :


Le monde a besoin de joie

de la joie

juste

de la fucking

joie

 

 

 

Propositions du mois de novembre 2020

Voilà le choix pour ce 10e anniversaire du Jamais lu 2020 qui n’aura malheureusement pas lieu.

Normalement, c’est la gang du festival du Jamais lu en collaboration avec une librairie de la Capitale-Nationale qui présente un choix énorme de livres de toustes celleux qui ont participé aux derniers festivals. Pour faire suite à l’annulation, on vous présente plutôt un tout petit choix des publications récentes de quelques auteur.trice.s qui ont travaillé à la programmation et à la conception de cette édition anniversaire reportée à l'an prochain.

Marcelle Dubois (théâtre)

  

Carolanne Foucher (poésie)              Éric LeBlanc (nouvelle)             Collectif d'artistes (théâtre)

  

Pascale Renaud-Hébert (théâtre)

    

 

Proposition du mois d'octobre 2020

Je suis mixte | Le texte de la pièce 

Exemplaires disponibles directement à la Librairie Vaugeois
1300, avenue Maguire, Québec, G1T 1Z3 | Téléphone : (418) 681-0254 |Courriel : librairie.vaugeois@gmail.com
Vivarium(s) | Propositions de lecture qui abordent la communauté LGBTQR2+Sincères remerciements à Pascal Raud, le pusher des propositions de la librairie du Périscope et au site Les Libraires, pour la mine d'informations et les couvertures des livres.