AVERTISSEMENT : veuillez noter qu’en raison des travaux plus importants que prévu sur le bâtiment du Périscope, tous les spectacles de la saison sont relocalisés. Nous communiquerons régulièrement avec tous les détenteurs de billets pour les aviser des changements. La billetterie reste disponible par courriel (billetterie@theatreperiscope.qc.ca) ou par téléphone (418 529-2183). En savoir plus

Blogue

30 Janvier 2013

Michel Nadeau en voyage...

Bonjour à tous.

Michel Nadeau, directeur artistique de la compagnie Niveau Parking, est présentement en voyage où il en profite pour se ressourcer, s’inspirer.  Je lui ai demandé de nous faire des carnets de voyage dans lesquels il partage ses réflexions.  Voici le premier, directement de Londres!

Bonne semaine.

 

Chers camarades,

Peut-être certains d’entre vous le savent-ils déjà – ceux qui sont amis avec le Niveau Parking, par exemple – mais je suis parti un mois en Europe pour voir des spectacles et prendre du temps pour écrire. Enseigner à temps plein, diriger une compagnie, faire des mises en scène, passer du temps avec sa famille adorée, tout ça est très agréable mais laisse peu de temps pour écrire et pour se ressourcer. Donc…

Présentement je suis à Londres et Frédéric m’a demandé si je ne pourrais pas écrire quelque chose pour le blog; ce que je fais avec plaisir.

La semaine prochaine je vous parlerai de mes expériences de théâtre mais cette semaine je vous parlerai un peu de Londres.

C’est une ville que j’aime beaucoup et que je visite pour la quatrième fois. La grande surprise que j’ai eue quand je l’ai visitée pour la première fois, il y a près de trente ans, c’est de m’y sentir chez moi. Et plusieurs personnes que je connais ont eu ce même sentiment. Ce qui m’a amener à réfléchir à notre identité.

Bien que nous nous battions depuis la conquête pour conserver notre langue, bien que le fait français se soit solidifié depuis les années 60, la culture anglaise n’est pas disparue pour autant. En fait, ceux qui ont eu le pouvoir pendant de si nombreuses années, ont façonné la ville selon leur culture, ce qui nous a façonnés à notre tour. Nous sommes toujours de langue française, mais l’anglais n’a pas influencé que notre syntaxe, il a aussi façonné notre façon de vivre. D’où ce sentiment de familiarité. Mes parents et mes grands-parents mangeaient des oeufs, des toasts, du bacon et des beans le matin. Buvaient du thé. On est loin des croissants, des rillettes et du petit expresso bien tassé. Bière et gin, et non vin et cognac.

Je crois que nous sommes des anglos-américains qui parlons français. Et ça fait de nous des métissés culturels à envier! Autant à l’aise avec Shakespeare, qu’avec Molière. Ou qu’avec Mamet. En plus, j’imagine que plusieurs d’entre vous ont, comme moi, un aïeul amérindien!

Revenons à Londres. Ce qui est bien avec cette grande ville, c’est son sens du civisme. Ça nous rappelle que la politesse et la bienséance, comme on disait quand j’étais petit, sont les meilleurs outils qu’on a trouvés pour vivre ensemble en foule. Et ce sens du civisme, de la communauté, on le retrouve dans les théâtres. Ce qui me frappe dans les théâtres, d’une part, c’est qu’ils sont pleins, et, d’autre part, c’est que le public y représente toutes les couches, tous les âges de la société. Peu importe le théâtre où je suis allé.

Ce sont des lieux reliés à l’activité de la vie urbaine. Aller au théâtre fait partie de la vie, ce n’est pas une sortie spéciale. Bien sûr, le théâtre y est présent depuis 400 ans et non depuis 70 ans! C’est aussi un lieu où on peut manger et boire pour pas cher! Et ça aussi ça y est pour quelque chose dans l’intégration à la vie. À part les institutions plus touristiques comme Le Globe ou la Royal Shakespeare, où les billets sont à 70$, dans les autres théâtres, ce sont des coûts extrêmement abordables comparativement au coût de la vie.

Alors si vous n’avez pas visité cette ville, je vous encourage à la faire. Et si les grandes villes vous font un peu peur, celle-ci est sans doute la plus civile de toutes!

À la semaine prochaine.

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crédit photo stephbourgeois.com

Frédéric Dubois

Frédéric Dubois est très impliqué dans le milieu théâtral de Québec. Il a terminé ses études au Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1999.

Il est le directeur artistique du Théâtre des Fonds de Tiroirs, plateforme théâtrale importante de la Vieille Capitale. Il travaille notamment au Théâtre du Trident, au Gros Mécano, au Théâtre d'Aujourd'hui, au Centre National des Arts d'Ottawa et au Japon pour Basta Production!

En 2008, il a été récipiendaire du Prix John-Hirsh, remis par le Conseil des Arts du Canada, prix d’excellence qui souligne un début de carrière singulier et prometteur.