Blogue

05 Février 2014

Engagez-vous qu'ils disaient!

Je suis en furie.

Radio Canada organise un concours pour choisir un acteur pour une série télé. On vient de toucher le fond du baril de l’insipidité.

Un rôle n’est pas un concours.

Un rôle n’est pas un prix.

C’est une réflexion. Un chemin, un engagement.

 

C’est quoi cette mode de tout ramener au plus commun possible?

De vider les choses de leur sens premier? Au profit de quoi?

Cette mode d’abaisser le discours, le geste de l’écriture, du jeu, de la réalisation à un concours amateur?

 

Cette dérive est dangereuse.  Elle détourne le sens réel des choses au profit du marketing.

Je suis contre.

Contre ce concours en particulier

Mais contre ce que ça dit surtout. Ce que ça véhicule.

Je travaille à l’année avec des acteurs de talent qui ont l’envie de défendre la pensée des auteurs, des metteurs en scène, des artistes qu’ils côtoient.  En ramenant le jeu à un concours, on vide de sens ce que ça veut dire de s’engager, de défendre une parole, une idée.  De la porter.

Jouer un rôle n’est pas seulement apprendre du texte.

Dire des lignes.

Faire des mimiques.

C’est un chemin, un long parcours intérieur qui nourrit un esprit, une émotion, un message.  Ce n’est pas simple à faire.  Ça demande du temps.  De l’écoute, du dialogue.

Tout ne se gagne pas comme à la loterie.

Si oui, on s’empêche de faire des grandes choses et on s’enlève la possibilité d’élever la pensée collective.

 

On ne s’improvise pas ministre.

Ni chauffeur d’autobus.

Ni plombier.

Ni acteur.

Ni chanteur.

Ni poète.

Ni cuisinier.

Ni animateur de radio.

Ni soudeur.

Ni rien en fait.

L’engagement de chacun dans ce qu’il fait est un écrin pour la noblesse du monde.

Et si on accepte de tout rendre publicitaire, il ne restera plus rien de beau, de dense.

Je refuse cette facilité.

Cela dit, je ne veux pas jouer dans cette série, je suis metteur en scène formé pour être acteur et je ne cherche pas de rôle.  J’ai trop de respect pour ce que font mes compatriotes.  Pour leur foi.  Je suis seulement écoeuré que nous rendions tout si fade, si unidimensionnel.

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crédit photo stephbourgeois.com

Frédéric Dubois

Frédéric Dubois est très impliqué dans le milieu théâtral de Québec. Il a terminé ses études au Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1999.

Il est le directeur artistique du Théâtre des Fonds de Tiroirs, plateforme théâtrale importante de la Vieille Capitale. Il travaille notamment au Théâtre du Trident, au Gros Mécano, au Théâtre d'Aujourd'hui, au Centre National des Arts d'Ottawa et au Japon pour Basta Production!

En 2008, il a été récipiendaire du Prix John-Hirsh, remis par le Conseil des Arts du Canada, prix d’excellence qui souligne un début de carrière singulier et prometteur.