Mot de la coordination artistique

Mot de la coordination artistique de la saison 19/20

On ressent le profond besoin de partir en voyage le cœur battant. Une envie de prendre la route pour faire avancer les choses, pour provoquer les rencontres, pour aller voir ailleurs si on s’y trouve, pour ne pas mourir.
On baisse la fenêtre et on chante fort, le visage au vent. Qu’on ait froid ou chaud, on la laisse ouverte, parce que ça sent bon, le dehors.
On décolle et on fait entrer la lumière.

Notre saison 34 fait face à une quête identitaire profonde à tous les âges de sa vie.
Notre saison 34 vit la fin de son adolescence avec fougue.
Elle est passionnelle et refuse d’obéir à tout ce qui est dicté, elle se questionne sur qui elle est et sur comment affronter la suite différemment.

Notre saison 34 est adulte et lucide, car elle s’engage à pousser la réflexion citoyenne dans une vraie démarche concrète.
Elle recherche la poésie et la beauté.

Notre saison 34 arrive à maturité avec le désir ardent, au ventre, de rêver à mieux, ensemble 

Marie-Hélène Gendreau
Coordonnatrice artistique

Mot de la coordination artistique de la saison 18/19

Après une saison nomade où nous sommes allés vous rencontrer ailleurs, nous ressentons fort le désir de vous recevoir à la maison.

Le bonheur de rentrer 
Se réapproprier son lieu
Retrouver son monde
Mais nous ne serons pas fermés
aux autres pour autant. Oh que non.

S’installer à nouveau
Réaménager son espace
Redécouvrir le plaisir d’être chez soi
Mais nous ne serons pas onfortables pour autant. Oh que non.

Renouer avec ses origines
Revenir transformés
Se poser
Mais nous ne serons pas tranquilles
pour autant. Oh que non.

Quand une société choisit de prendre soin d’un lieu culturel, d’un Théâtre, c’est une fleur dans la cité, un cadeau pour la suite du monde.
C’est dans ce Périscope chéri que nous vous convions pour notre 33
e saison, cher public.

Marie-Hélène Gendreau
Coordonnatrice artistique

Mot de la coordination artistique de la saison 17/18

Rêver un théâtre d'aujourd'hui
Réfléchir à la suite
Avoir envie de grandes rencontres, jamais ordinaires
Douter puis avancer à pas assurés
Croire en cette force du rassemblement, encore
Aimer le pouvoir d'évocation du théâtre
Magnifier l'humain
Chercher à dire autrement les choses
Créer de la beauté
Crier l'horreur
Engueuler ce qui fait mal
Aller au bout de nos convictions
Proposer l'immensité
Raconter le plus petit
Descendre en nous
Remonter dans notre tête
Se réfugier dans notre coeur, y rester le temps d'un spectacle
Et puis après... être moins seul
Bonne 32e saison avec nous, cher public

Marie-Hélène Gendreau
Coordonnatrice artistique


Mot de la coordination artistique automne 2016

Je suis très heureuse de reprendre le flambeau des mains de mon ami, Frédéric Dubois, qui a assuré avec brio la coordination artistique de cet espace de jeu important pour notre collectivité lors des cinq dernières années.

Ce grand idéateur et créateur m’a donné plusieurs occasions de me révéler comme artiste et je me sens honorée de lui succéder.

Tout comme lui, j’ai à coeur d’accueillir des productions audacieuses de diverses formes de langages qui nous relancent dans notre rôle de spectateur.

Je nous souhaite des libertés rares et désarmantes.
Je nous souhaite des instants précieux d’exutoire à un mode de pensée utilitaire et responsable.
Je nous souhaite de communier nos différences, d’être ouverts, ensemble, à recevoir des paroles dérangeantes, d’aimer voir la beauté sans y voir de l’artifice ou du quétaine.
Je nous souhaite d’échanger sur ce que ça nous fait d’oser aller au théâtre.
Je vous souhaite d’être bien au Périscope.

Je vous laisse le soin de lire les mots de Frédéric Dubois, qui a concrétisé cette saison fort prometteuse.

Merci de croire en nous.

Marie-Hélène Gendreau
Coordonnatrice artistique


Mot de la coordination artistique de la saison 16/17

Comment encore interroger ce monde bruyant?

Comment créer du silence et par ricochet, de l'écoute, du temps dense, des pensées longues?

Comment inviter encore et toujours plus de monde autour du feu
pour qu'on se regarde dans le blanc des yeux,
ailleurs que sur des plateformes vides et consensuelles qui monopolisent nos écrans
qui eux, nous éclairent de lumière blafarde?

Et si on essayait de réinventer les formes?

Qu'en plus des mots puissants qui nomment le présent,
on essayait de faire tomber plus de murs et qu'on passait par d'autres chemins?

Vous savez...

Comme ces lignes de désir qui se forment là où personne ne les avait même imaginées.
Ces sentiers qui coupent les parcs, qui traversent les sous-bois,
ces verbes qui transforment les phrases,
ces images qui brouillent, en mieux, le quotidien...

Résister, quoi!

À tout et surtout à l'ennui, à l'attendu, au convenu, à la ritournelle, au placé, au figé, à la vacuité.

Et ce, par un florilège de moments théâtraux et de détours poétiques hétériclites.

Voilà la 31e saison du Périscope :

Dreamland - Visiter l'île des solitudes. Fêter. Chanter. Danser.
#PigeonsAffamés - Compter les pas entre nous.
St-Agapit 1920 - Regarder. Se rappeler. Oublier.
Fire Lake, ville minière, 1986 - S'aimer au milieu du vide
Album de finissants - Se lever, pour la première fois.
Attentat - Résister haut et grand par la poésie.
Les véritables aventures de Don Quichotte de la Mancha - Réinventer les mythes, l'histoire.
Pour réussir un poulet - Exister à tout prix
L'art de la chute - Créer. Payer. Tomber.
Le piano à voile - Voyager. Se retrouver. 

Frédéric Dubois