Nouvelles

16 Octobre 2019

Retour critique: Je cherche une maison qui vous ressemble

Ayant eu un succès fulgurant dans la grande métropole de Montréal, il n’est point surprenant de voir la vague d’amour que suscite Je cherche une maison qui vous ressemble à Québec. Voici quelques extraits de critiques qui permettent de faire état de la beauté émouvante de cette pièce :

 

« Je cherche une maison qui vous ressemble » : chercher la flamme perdue – Le Soleil

Par Geneviève Bouchard

«  Alliant théâtre, chanson et poésie; mettant à profit des images d’archives et des extraits de la correspondance du couple (rassemblée dans le livre La renarde et le mal peigné), le spectacle créé l’an dernier à Montréal multiplie les angles d’attaque pour couvrir son sujet. Et il s’avère d’une indéniable efficacité.

Instigatrice du projet, la comédienne Catherine Allard a eu l’idée de cet hommage pour souligner le 20e anniversaire du décès de Pauline Julien. […] En répliques comme en chansons, c’est vraiment elle qui captive par sa fougue, sa justesse et sa passion. […] On apprécie d’ailleurs ces moments où les interprètes et leurs sujets se répondent. Comme cet instant où Robichaud commence à réciter l’Énumération de Godin, qui terminera le texte sur l’écran dans un extrait de La nuit de la poésie. Ou quand la vraie Pauline prend le relais pour la fin du Temps des vivants. »

 

Je cherche une maison qui vous ressemble : tricot identitaire d’hier à aujourd’hui – Monmontcalm

Par Mélanie Trudel

« Catherine Allard, poignante, magnifique, fougueuse, passionnée, l’étincelle dans le regard, ressuscite cette grande dame monarque, enflammée et vive avec une aisance qui nous émeut aux larmes.

La mise en scène originale de Benoît Vermeulen, sautillant entre apartés des comédiens et des personnages, suscite la réflexion sur les grandes questions identitaires du peuple québécois d’antan et d’aujourd’hui, nos deux grands passionnés étant eux-mêmes très impliqués politiquement pour la cause souverainiste.

Je cherche une maison qui vous ressemble, c’est une histoire d’amour, de passion, de fidélité, de déchirure. C’est la mort dans la vie et la vie dans la mort, ce cycle maudit et merveilleux. Aimons-nous assez? Assez pour tout recommencer, tous ensemble? Ce soir, j’ai l’âme à la tendresse… où êtes-vous tous? Vous êtes là, vous êtes là… »

 

« Je cherche une maison qui vous ressemble » au Théâtre Périscope – Bible urbaine

Par Maude Rodrigue

« À l’instar de Pauline Julien, ce « petit arbre dur » qui se dressait devant les foules toutes branches tendues vers le ciel, Allard renverse par sa vitalité. L’actrice relate combien l’influence de Julien, cette « femme démesurée », a été déterminante pour le cours de sa propre destinée.

Sur scène, deux pans de bibliothèque constituent l’unique mobilier du spectacle. Elles offrent une sorte d’accès à l’âme de ces deux artistes et militants, se resserrant sur eux en créant un espace d’intimité. La présence discrète, quoique soutenue et essentielle de deux musiciens contribue à feutrer l’ambiance, conférant un aspect de cabaret nostalgique au spectacle. L’utilisation de la projection vidéo, bien que la mise en scène de Benoît Vermeulen ne repose pas démesurément sur celle-ci, permet d’accéder à certaines images des archives du couple.

Une telle simplicité dans la scénographie est judicieuse, car c’est aux mots qu’est faite la part belle – ceux des deux artistes, ainsi que ceux de Marie-Christine Lê-Huu. »

 

« Je cherche une maison qui vous ressemble » au Périscope – Le Bourdon du faubourg

Par Pascaline Lamare

« Collage de poèmes et de chansons, habilement servie par deux musiciens en live et des projections documentaires, la pièce retrace l’évolution des amours de Pauline Julien et de Gérald Godin […] Et tout en interprétant leurs personnages, Catherine Allard et Gabriel Robichaud interviennent en leur nom. Un procédé qui peut décontenancer au tout début, mais qui permet d’instaurer un dialogue entre ce que nous étions, ce que nous sommes, et ce que nous pourrions être. […] L’écriture de Marie-Christine Lê-Huu permet de faire résonner les histoires personnelles des comédiens avec celles du poète et de la chanteuse, et tout à fait vivants et contemporains. Passionnée, entière, politique jusqu’au bout du poing, féministe autant que nationaliste, Pauline Julien est incarnée de manière incandescente par Catherine Allard. »

Trouvez des billets ICI