Saison 2013-2014

Electronic City

Du 11 février au 1er mars 2014
Salle principale

Du jeudi au samedi, 20h

Les mardis et mercredis à 19h

et le dimanche 16 février à 15h

Tom marche dans un couloir. Où est-il? Londres? Los Angeles? Montréal? Tokyo? Il ne se souvient de rien. Si seulement il avait ses dossiers, son portable. Il doit retrouver sa chambre et les coordonnées de son prochain vol. Il entend son téléphone sonner. C'est Joy, la femme qu'il aime. Elle est à l'autre bout du monde, en panique. Il voudrait répondre mais n’a pas le temps… Courant entre hôtels et aérogares, Tom et Joy tentent de se retrouver, de se croiser, au moins l'espace de quelques instants. Pour exister un peu dans cet océan de chiffres et de données, où l’humain est condamné à jouer sans relâche le rôle qu’on lui a distribué.

À travers un texte polyphonique haletant, Falk Richter, fort défenseur des droits humains et de la vie privée, dénonce l'aliénation de l'Homme par les lois d'un système économique mondialisé. Dans cet univers labyrinthique, l’humain et l’amour résistent encore. Pour l’instant.

L'Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté. www.arche-éditeur.com


ACTIVITES PARALLELES

 

Uberko live

Le vendredi 14 février et les samedis 22 février et 1er mars, la musique du spectacle sera jouée live par le concepteur musical Uberko.

 

Exposition dans le hall: Justin Roy

http://justinroyart.com/

 

Première partie / danse

20,21 et 22 février, 20h

Un une pièce

Chorégraphie et interprétation : Fabien Piché et Ariane Voineau

Univers sonore : Josué Beaucage

Répétitrice : Sonia Montminy

Un une pièce est une mise en bouche mouvementée servant à aiguiser les sens avant de recevoir le texte rythmé de Falk Ritcher. Cette première partie, comme un terrain de liberté pour jouer à deux, prend forme dans l’espace de Electronic City. Ces deux corps dans l’action sont librement inspirés du texte de la pièce. Jouer à deux. Se cacher dans un habit informe. Comme celui que mon oncle portait pour faire du ski-doo. Puis en ressortir. Un binôme uni dans un dialogue dansé et rythmé. Deux identités marquantes qui ont dû faire des compromis. Une confrontation entre deux entités qui est aussi présente à l’échelle individuelle : entre son personnage et sa propre identité


Auteur

Falk Richter

Mise en scène

Jocelyn Pelletier

Assistance à la mise en scène

Laurence Moisan-Bédard

Idée Originale

Jocelyn Pelletier

Traduction

Anne Monfort

Conception

Marie-Renée Bourget Harvey
Jeff Labbé
Uberko

Distribution

Jean-Michel Déry
Gabriel Fournier
Laurie-Eve Gagnon
Eliot Laprise
Johanie Lehoux
Jean-René Moisan
Noémie O'Farrell
Alexandrine Warren

Falk Richter

Né en 1969 à Hambourg, Falk Richter y fait ses études de metteur en scène et commence à travailler au Schauspielhaus de Zurich comme auteur, traducteur et metteur en scène. Il rejoint ensuite la Schaubuhne de Berlin, où il est depuis 2006 metteur en scène associé. Dans différents théâtres, il monte des pièces d’auteurs contemporains comme Harold Pinter, Marc Ravenhill, Sarah Kane, Caryl Churchill, Martin Crimp, Jon Fosse, mais aussi des auteurs plus classiques, AntonTchekhov et William Shakespeare, ses propres textes dont Sectionen 1996 et Nothing Hurts en 1999.

 

En 2003, Falk Richter lance un projet intitulé Das System, une expérience d’écriture et de mise en scène s’étendant sur plusieurs pièces. Cet ensemble dessine un paysage du monde contemporain, de ses paradoxes et de ses valeurs perdues. Le sous-titre en est « notre manière de vivre », « notre mode de vie », allusion directe à Georges Bush et à Gerhard Schröder, selon qui l’intervention en Afghanistan défendait « Our way of living », « Unsere Art zu leben ». Le système comprend plusieurs pièces ou performances présentées en parallèle et qui adoptent toutes un point de vue, une réaction, un être-au-monde. Electronic City en est le premier volet, et sera suivi ensuite par Sous la glace en 2004. DepuisDérangement (2006) et Jeunesse blessée (2007), Falk Richter aborde une nouvelle phase d’auteur-metteur en scène, plus autobiographique, plus proche du cinéma, où il interroge le sentiment amoureux, toujours au regard de la politique, mais dans sa dimension intime et personnelle, et où, sous forme autofictionnelle, il se met à nu.

 

Il a créé en octobre 2009 à la Schaubuhne de Berlin avec la chorégraphe Anouk van Dijk une pièce pour comédiens et danseurs, Trust : « Dans une situation où les hommes sont surmenés, sans cesse incités à produire, à s’inventer et à se vendre, tout d’un coup la seule valeur dans laquelle on a encore confiance, l’argent, s’effondre. »

Jocelyn Pelletier

Depuis sa sortie du conservatoire d’Art Dramatique de Québec en 2005, Jocelyn Pelletier a participé à de nombreux projets. Il a participé à plusieurs productions du théâtre Péril ; Anky ou la fuite/ Opéra du désordre, Vu d’ici, Limbes .

Il a co-fondé la compagnie tectoniK__avec laquelle il a monté un de ses propre textes, Symbiose(s). Il a également fondé sa propre compagnie SUSHI(POISSE/SON/MORT) avec laquelle il a  mis en scène son propre texte La mélodie entre la vie et la mort à Premier acte. Récemment on a pu voir  la deuxième production de la compagnie, Entre vous et moi, il n’y a qu’un mur du même auteur à Premier acte également. Il travaille actuellement sur BISCUIT CHINOIS, un spectacle solo, qui sera présenté à Montréal, Québec et Ottawa. Il a été de la distribution du Projet Laramie présenté au Théâtre du Trident à Québec. Il travaille actuellement sur un nouveau texte.

Espace des curieux

Extrait du texte

JOY. Les équipes de télévision ont quelque chose de très rassurant, ça m’aide toujours de m’imaginer que tout ça n’est qu’un épisode de série télévisée, parce-que les séries télévisées finissent bien, toujours, surtout à la télé toutes les questions trouvent une réponse, tous les problèmes sont résolus, les méchants meurent et les gentils finissent quand même plus ou moins par se retrouver. Et c’est pas ce qu’on peut dire de CETTE PUTAIN DE VRAIE VIE OU COMMENT APPELER CETTE MERDE, là toutes les questions restent en suspens, les personnages n’arrêtent pas de changer, on perd toute vue d’ensemble sur l’action, aucun des personnages n’a de motivation identifiable, ou compréhensible en fait, on a la sensation de se regarder mutuellement devenir fou, on ne comprend absolument rien et NON les gens ne finissent PAS toujours par se retrouver, ils se séparent avant même de s’être rencontrés et leur vie leur raconte cinquante mille histoires qu’ils ne comprennent pas toutes et ils n’entrent jamais vraiment dans l’action.

 

Les grandes lignes d’ Electronic City par Jocelyn Pelletier, le metteur en scène

« Notre vision propulsera le spectateur vers une surcharge d’informations, d’images, de données, d’actions scéniques, où tout convergera vers le dépouillement total de l’homme, seul face à son semblable. Un retour vers l’organicité révélant la lumière ».

Lire la suite.

 

Un «orchestre médiatique autour de l’amour»

Véritable « conte des temps électroniques », le spectacle Electronic City n’est pas seulement théâtre, mais aussi hybridité, expérimentations technologiques et mélange des genres.

Musique électronique...
Uberko, musicien électronique multidisciplinaire, a conçu la partie sonore du spectacle et sera en live au Périscope le vendredi 14 février et les samedis 22 février et 1 er mars.
La soirée de financement du 14 février accueillera à 22h15 les prestations en duo d’Uberko et Mykalle, suivi d’une soirée DJ avec entre autres Millimetrik.

Photographie...
Justin Roy exposera ses photographies des acteurs d' Electronic City dans le hall du Périscope.

« Artiste visuel originaire de Québec, Justin Roy travaille dans les domaines du design graphique, du VJing et du motion design. Possédant un large éventail d’expériences, il a initié des projets comme la galerie de street art Morgan Bridge et a participé en 2004, aux débuts de Fokus Productions, studio de motion design reconnu, basé à Québec. Ses collaborations, étroitement liées à ses intérêts personnels, couvrent aussi bien la peinture, l’illustration que le storyboarding ».

Danse...
Fabien Piché et Ariane Voineau, deux interprètes de danse contemporaine, présenteront Un une pièce en première partie d' Electronic City les 20, 21 et 22 février à 20h.

«  Un une pièce  est une mise en bouche mouvementée servant à aiguiser les sens avant de recevoir le texte rythmé de Falk Ritcher. Cette première partie, comme un terrain de liberté pour jouer à deux, prend forme dans l’espace de  Electronic City. Ces deux corps dans l’action sont librement inspirés du texte de la pièce. Jouer à deux. Se cacher dans un habit informe. Comme celui que mon oncle portait pour faire du ski-doo. Puis en ressortir. Un binôme uni dans un dialogue dansé et rythmé. Deux identités marquantes qui ont dû faire des compromis. Une confrontation entre deux entités qui est aussi présente à l’échelle individuelle : entre son personnage et sa propre identité ».

 

Focus sur Falk Richter, l’un des grands auteurs allemands du théâtre contemporain

La dimension expérimentale des pièces de Falk Richter, sa finesse d'analyse sur la déliquescence du monde sans oublier sa capacité infinie à inventer des formes nouvelles font de Richter le «Brecht du XXIe siècle».
(Mais qui est Brecht?)

 

Technologie et incommunication

En ce début du XXIe siècle, pensons-nous toujours que la technologie peut faire notre bonheur? A méditer avec nos amis philosophes.

La peur du progrès n’est pas nouvelle; cependant Charlie Chaplin est l’un des premiers à la mettre de scène avec autant d'humour que de nostalgie dans le film muet «Les temps modernes» de 1936.

 

Suggestions de lecture

Folie et politique Le théâtre de Falk Richter, Anne Ropers, éd. L'Harmattan.
Petit traité du bonheur 2.0 : Comment prendre soin de soi et des autres grâce aux technologies numériques, Christophe Deshayes et Jean-Baptiste Stuchlik, éd. Armand Colin.