Saison 2020-2021

Intersections
4 au 13 mars 2021

Représentations à 20 h

En direct en ligne

Durée : 1 h 15

Pouvoir d’une mémoire collective à travers le monde 

La technologie a souvent offert aux mouvements sociaux de puissantes plateformes de prise de parole. Elle rend maintenant possible la communion en direct de cinq artistes dans cinq villes différentes. En téléprésence, ces citoyen·nes du monde témoignent des mouvements protestataires importants de leur ville – Téhéran, Tunis, Barcelone, Montréal et Taipei – qui ont servi de catalyseurs de conscience politique pour toute une génération. Rassemblé·es sur le Web, les spectateur·rices et les artistes vivront une expérience unique, intime et sincère. Un spectacle en ligne et en direct, bien au-delà d’une visioconférence. Cette rencontre théâtrale surpasse la distance entre des artistes à travers le monde pour permettre une œuvre captivante en direct et interactive.

En s’inspirant des expériences personnelles des interprètes, les spectateur·trices sont amené·es à interroger leurs rêves, leurs espoirs et leurs déceptions en lien avec leur désir de révolution. Même si les idées sont différentes, chacun·e rêve d’un monde meilleur et ce docu-théâtre se veut une exploration poétique de cette volonté de transformation et de ce sentiment de collectivité qui l’accompagne. Que peut-on partager à nos contemporains vivant à des centaines de kilomètres lors d’un événement théâtral?

Spectacle multilingue avec sous-titres.

 

Compagnies Productions Quitte ou Double, Compagnie Obskené et Grec Festival de Barcelone / Mise en scène et dramaturgie Mireille Camier et Ricard Soler Mallol / Distribution Jean-François Boisvenue (Montréal), David Teixidó (Barcelone), Ons Trabelsi (Tunis), Rambod Vala (Téhéran) et Yu Yen-Fang (Taipei) / Scénographie Cassandre Chatonnier / Conception vidéo Jean-François Boisvenue / Conception sonore Ariane Lamarre / Lumière et direction technique Catherine Fournier-Poirier / Traduction et surtitrage Laurie-Anne Bergeron et Marie-Pier Labbé

Les partenaires de cette production :

     


Intersections
Du 4 au 13 mars 2021
SÉLECTIONNEZ VOTRE DATE

Espace des curieux

 

Mot de mise en scène

Le geste de se soulever n’est pas banal, il rend compte d’un sentiment humain bien puissant. Nous avons tous à l’intérieur de nous un coeur battant en quête de liberté et d’idéaux, une force vive qui gronde pour un avenir meilleur.  Nous sommes deux metteurs en scène de deux villes différentes et déjà lors de notre rencontre, malgré les kilomètres qui séparent Montréal et Barcelone, nous nous sommes rendus compte que nous vivions le même sentiment de latence. Face à ce conflit intérieur que nous partageons, déchirés entre un désir de participation au collectif et un besoin de se concentrer sur notre vie personnelle, nous ne pouvons oublier la puissance des foules, le réconfort d’être entouré de gens qui foncent vers une idée commune, la joie d’aller contre l’ordre établi. Puis, le souvenir de la perte d’espoir… puis d’y croire à nouveau. Un cycle universel peut-être? Un questionnement prenant qui nous habite.

L’action de se souvenir n’est pas anecdotique, elle nous fait rendre compte du chemin parcouru et de celui à venir. Nous avons décidé de réunir 5 artistes de 5 villes différentes pour nous faire vivre leurs souvenirs, les ressentir, et ainsi de mettre en commun des univers au-delà de la distance physique qui nous sépare. Ici, Internet n’est pas un outil qui nous isole mais un espace pour se raconter, partager nos expériences, pour créer un dialogue au-delà des frontières… On croit à un espace collectif, ici, tant au théâtre que dans un espace virtuel, on vous convoque donc à un rassemblement en ligne.

Merci à toute notre équipe de croire en ce projet qui est fort complexe techniquement mais très excitant.

Ricard et Mireille

 

Crédits photo : Ricard Soler, Maude Perrin

 

Distribution

    

De gauche à droite : Jean-François Boisvenue (Montréal), David Teixidó (Barcelone), Ons Trabelsi (Tunis), Rambod Vala (Téhéran) et Yu Yen-Fang (Taipei)

Crédits photo, de gauche à droite : Claire renaud, Merine CS, David Kirscher, Michelle Reid, Terry Lin

Extraits du texte


ONS

05 avril 2011.

Tu es parti si tôt papa! Tu aurais pu rester encore un peu pour voir ce qui s’est passé dans notre pays. J’aurais aimé ne pas t’écrire, mais vivre avec toi ce moment : la Révolution tunisienne. Et oui papa, même nous les jeunes insouciants, la génération Yaourt, les Spice Girls comme tu disais, nous avons participé à la manifestation du 14 janvier. Je voulais que tu voies, que tu entendes les gens crier «Dégage !!» Je voulais que tu le dises toi aussi. Tous les Tunisiens ont prononcé ce mot libérateur.

Moi aussi, j’ai crié « Dégage » avec tout le monde et Ben Ali a fui, il est parti, c’est fini.

[…]

RAMBOD

Je peux fumer une cigarette?
Je vais aller dehors.
C'est le premier jour de la "réélection".
Le résultat est annoncé le matin à 6 heures.
Et je suis inquiet. Super en colère!
Je ne peux pas croire une telle chose.
Je dois aller travailler.
Je quitte donc la maison à 8 ou 9 heures
pour aller à mon studio.
Sur le chemin du studio,
j'achète un paquet de cigarettes
pour la première fois de ma vie.
Et je commence la vie d'un fumeur.
Peut-être que je devais me faire mal.
J'achète ces petites cigarettes: Bahman.
Et là, je fume tellement de cigarettes,
parce que je suis en colère.
Après avoir passé quelques heures au studio,
je pars à l’université pour acheter un livre.
Et c’est là que je vois ce que je crois être
le premier signe du soulèvement.
Il est environ 15h ou 16h.

[…]

JEAN-FRANÇOIS

Me réveiller à 6 heures.
Déjeuner avec ma fille.
Aller la porter à la garderie.
Répondre aux courriels du compte de l'association étudiante dont je suis le président.
Faire des recherches pour mon doctorat.
Lire une statistique dans le journal:
1 dollar investis en éducation rapporte 5,30$ à l’état.
Être en crisse contre toute :  
Personne donne les vraies informations tabarnak.
Rêver d'une communication sans filtres.
Voir le pont Jacques Cartier de ma fenêtre.
Ressentir l'excitation et la peur.
Créer un nouveau concept visuel sur l'ordinateur.
Motiver l'équipe de «Nous sommes tous arts».
Passer à l’action.
Se rendre sur le pont.

[…]

YEN-FANG

Quand je me suis réveillé, à 7h ou 8h,
plusieurs de mes amis revenaient de la 2e occupation,
ils étaient tous en sueur et mouillés.
Beaucoup d'entre eux ont été blessés.
Nous les avons accueillis,
nous les avons pris dans nos bras.
Je devais partir,
j’avais encore du travail de répétitions.
Je suis arrivé dans le métro,
c'était l'heure de pointe.
Je suis très sale, fatiguée et très bâclée.
Je porte cette veste et mon ruban jaune.
Je suis allé dans le métro
et j'ai vu toutes ces personnes dans leurs habits,
tous bien habillés magnifiquement
et prêt pour le travail.
Lorsque le train a commencé à bouger,
je me suis soudainement senti très...
très en colère.
J'avais ce son dans ma tête en train de dire:
Savez-vous ce qui est arrivé la nuit dernière? 

Pourquoi vivez-vous toujours une vie normale?
Pourquoi êtes-vous tous heureux?
Pourquoi n'interromps-tu pas ta vie?
Et comme le train bougeait,
je me suis senti trembler à l'intérieur de moi.
C’était comme si le métro passait sur les gens,
nous, mes amis qui ont été battus.
J'avais l'impression
que le métro passait sur tout le mouvement du tournesol.
Tous ceux-ci, sous la roue du train.
La vie quotidienne détruisait tout simplement.