Saison 2020-2021

La musique n'est rien
15 au 19 juin 2021

Mardi au samedi > 17 h à 19 h 30 

Parcours déambulatoire > départs aux 10 minutes

Une à deux personnes par départ

Durée > 40 minutes

 

Une œuvre à voir, les yeux fermés

Nous vous convions à une expérience innovante, un parcours déambulatoire sonore et sensoriel d’une quarantaine de minutes à travers les espaces du Périscope, dont le point culminant est la dernière des six stations, située dans le studio Marc-Doré et intitulée La musique n’est rien

La musique n’est rien est une œuvre pour quatuor à corde de 8 minutes qui a été écrite pour que l’on se promène à l’intérieur d’elle, dans le noir total. L'oeuvre se matérialise alors que le spectateur déambule, seul ou en duo, dans un dispositif ambiophonique en l’absence de tout référent visuel. Le voyage à l’intérieur de cette musique est largement inspirée du génie harmonique de Dmitri Chostakovitch. C'est aussi une invitation à aller voir, pour et par vous-même, si la musique n’est rien, ou pas.

Pour se rendre jusqu'à l'oeuvre La musique n'est rien, un parcours déambulatoire incluant cinq stations vous fera redécouvrir le premier mouvement du quatuor à corde no.4, op. 83 de Dmitri Chostakovitch. L'exploration d'une trentaine de minutes est une installation disséquant la beauté et la richesse de l’architecture mélodico-harmonique de l’œuvre. 

Admission générale : 20 $ (taxes et frais inclus)

Programme double avec L’amour est un dumpling : 40 $ (taxes et frais inclus)
Contactez la billetterie directement pour obtenir le tarif préférentiel

 

Crédits : Compagnie E27 musiques nouvelles 
Direction artistique Raphaël Guay

Station 1 et 2 : 1er mouvement du quatuor à corde no. 4 op. 83 de Dmitri Chostakovitch
Musicien.nes Marie-Loup Cottinet (violoncelle), Christine Lavallière (violon), Pascale Rivard (alto) et Alexandre Sauvaire (violon)

Station 3 : Tout ou rien?
Compositeur et interprète Devil Dandy

Station 4 : Dmitri
Compositeur et interprète Michel Côté

Station 5 : La musique n’est rien
Compositeur Mathieu Campagna / Musicien·nes Rachel Baillargeon (violoncelliste), Inti Manzi (violoniste), Jean-Michel Marois (violoniste) et Annie Morrier (altiste)

 

 


La musique n'est rien
15 au 19 juin 2021
SÉLECTIONNEZ VOTRE DATE

Espace des curieux

« La musique n’est rien », ce sont les mots du grand musicien Sergiu Celibidache. Un homme qui donna sa vie à la musique.

La musique ne possède pas de sens en soi, du moins pas un qui serait rationnel ou se rapprochant de la pensée ou du verbe. Elle n’est, en fait, que molécules d’air brassées d’une telle ou telle façon, portées jusqu’à nos oreilles.

Pourtant, en dépit du fait qu’elle n’est rien, chacun la vie et la ressent, sans besoin d’explication. La musique se passe de toute éducation, comme la couleur bleue, comme si elle avait toujours fait partie de ce monde. L’enfant de trois ans sait que la complainte du violon est triste. Comment une chose qui n’est rien pourrait avoir un tel pouvoir ? Il doit bien y avoir quelque chose. Quelque chose au-delà du sens ou des mots, quelque chose de vivant et intrinsèque au monde.

Et si on pouvait voir la musique? Il faudra sûrement fermer les yeux.


Mathieu Campagna, créateur de l'oeuvre La musique n'est rien

Le quatuor Crema : Inti Manzi (violoniste),  Rachel Baillargeon (violoncelliste), Annie Morrier (altiste) et Jean-Michel Marois (violoniste)