Saison 2020-2021

La vie littéraire
17 au 20 mars 2021

Mercredi au samedi

20 h


Stand-up littéraire contestataire

Fidèle à son style d’écriture, Mathieu Arsenault adapte son récit à la scène poussé par le désir de déstabiliser le public. Avec la complicité de Christian Lapointe, l’auteur-performeur rejette toute étiquette de comédien pour s’approprier l’oralité de son œuvre et en porter pleinement le contenu. Prêtant sa voix à celle de sa protagoniste, Arsenault renverse les codes et livre un monologue aussi énergique qu’ininterrompu pour parler au nom de ces personnes sans statut, ni sexe, ni occupation. 

Avec son écriture comme seul dispositif scénique, l’artiste cherche à comprendre l’inquiétude de notre époque à vivre une vie ordinaire. Dans sa réflexion, il critique l’industrie culturelle et nos habitudes de consommation, ces solliciteurs d’éternelles insatisfactions.  À la fois fiction, enquête, conférence et performance orale et physique, cette expérience parle de notre temps par tous les moyens en espérant le libérer de ses contraintes abstraites. 


Création des Productions Rhizome en coproduction avec Théâtre Carte Blanche et la Maison de la littérature / Texte et idée originale Mathieu Arsenault / Mise en scène Mathieu Arsenault en collaboration avec Christian Lapointe et Simon Dumas / Assistance à la mise en scène et régie Lola Tillard / Distribution Mathieu Arsenault / Répétiteur  Jocelyn Pelletier / Avec le soutien de Recto-Verso et la Maison de la littérature

ACHAT DE BILLETS

Le Périscope a pris la décision d’attendre la date de réouverture officielle des salles de spectacle dans la Capitale-Nationale avant de mettre en vente les billets pour les spectacles de sa programmation, dans le but d’éviter d’incessants remboursements.

La billetterie pour ce spectacle ouvrira dès que le Gouvernement l'autorisera. Merci de votre compréhension.


La vie littéraire
Du 17 au 20 mars 2021
SÉLECTIONNEZ VOTRE DATE

Espace des curieux

Mot de l’auteur et du metteur en scène

Il n'est pas évident de faire du théâtre en temps de pandémie. Nous avons expérimenté en septembre au théâtre La Chapelle, et nous espérons livrer le spectacle le mieux adapté à la situation. Car même pleine, la salle est vide, les bancs de distance imposent un silence étrange dans les gradins et la crainte de se retrouver ensemble peut être plus forte que le plaisir. Mais dès que les lumières s'éteignent quelque chose se produit : nous frappe en pleine face la force du théâtre. Le noir, les murs, le silence arrivent à créer un espace où le monde extérieur est mis entre parenthèses pour qu'une représentation fragile de ce même monde apparaisse sur scène. En temps de pandémie, les phrases, écrites à une autre époque, trouvent une signification différente. Je n'aime pas parler de magie. Mais le théâtre en temps de pandémie devient parfois hors de contrôle tellement il résonne fort, et il faut se poser la question de la magie. Peut-être même résister aux forces étrangères à notre horizon culturel qui tentent de s'infiltrer par la porte de derrière. En temps de pandémie, le spectateur de théâtre est en marge de la réalité, et il doit décider du sort du monde pour tous ceux qui sont restés dehors.

Mathieu Arsenault

 

 

 

Extraits du texte

 

5

il y a des fragments d’histoire vraiment gros qui m’entrent dans la tête et empiètent petit à petit sur les menus détails de nos vies pourtant si légères de cheveux de sirène mangés par genre des taureaux androcéphales de khorsabad genre des tombes de wilfrid laurier sculptées par alfred laliberté genre des arbres de la rue durocher d’armand vaillancourt et de toutes petites sculptures précolombiennes aussi me passent dans les veines genre tu sais les petites effigies en ivoire ébène [...]

11

l’encyclopédie est trop complexe et nous sommes tous des poètes quand dire la réalité n’est plus humainement possible et qu’il ne reste qu’à parler en phrases défaites du bout de son lit avec la passion du ventre chaud des ordinateurs portables pesants [...]

18

il faudrait s’arranger pour qu’il y ait des manettes de nintendo pendant un million d’années que la revue lettres québécoises soit tout de même distribuée pendant les ères glaciaires et qu’il y ait encore deux cent mille saisons de kaamelott mais j’ai espoir qu’il y aura des enfants d’enfants d’enfants d’enfants pour mourir et mourir et mourir et mourir et mourir et mourir et qu’il restera quand même des poutines et des amis avec qui les manger après la soirée de poésie où nous aurons enfin le courage de monter sur scène pour lire quelque chose qui parle de vidéos d’animaux incapables de descendre l’escalier de manettes avec des boutons fragiles qu’il ne faut pas trop maltraiter même quand on veut gagner à track & field II sur nintendo 8 bits